Nidavellir

Nidavellir

Aventure
Fantastique

Dans Nidavellir, les joueurs et joueuses incarnent des Elvalands envoyés par le Roi des Nains sur les routes du royaume afin de former une armée capable de battre le dragon Fafnir.

GRRRE games
Joueurs
Joueurs
2 - 5
Âge
10+
Durée
45"
Prix conseillé
31.50€

Notre Avis

Nidavellir est un jeu d’enchères et de coin building qui entraînera 2 à 5 joueurs dans les lointains pays du nord, au coeur de la mythologie scandinave.

Il sera question dans ce jeu d’enchaîner les tours d’enchères pour recruter les plus dignes héros Nains afin de repousser le dragon Fafnir.
A chaque tour, les joueurs prennent connaissance des nains à recruter (autant qu’il y a de joueurs) et misent en secret. Lorsque tout le monde a joué, on dévoile les mises. Chaque joueur peut ensuite recruter un nain dans l’ordre des enchères.
Chaque Nain recruté appartient à une familles de cartes et chaque famille de cartes fait gagner des points selon des conditions qui lui sont propres : certaines familles feront gagner des points selon la quantité qu’on en possède, d’autres familles octroient des points simplement si l’on est majoritaire…Il existe cinq familles de cartes à collectionner durant la partie pour cumuler les points. En plus de cela, chaque fois qu’un joueur réunit une collection « multicolore » (un nain de chaque couleur), il recevoir un héros supplémentaire en bonus (puis un nouveau pour chaque série complétée, tant qu’il en reste…et il y en a plein à recruter!) qui rapporte un peu plus de bonus qu’un nain recrutés habituellement lors des tours. Il s’agit donc de bien choisir les nains que l’on souhaite recruter afin de créer les bonnes combinaisons de cartes.

En parallèle, chaque joueur dispose d’une pièce de valeur nulle, lui garantissant ainsi d’être le dernier à choisir le nain qui rejoindra son « armée » (de recevoir celui qui reste, en fait) mais surtout, et c’est là son utilité, elle lui permettra d’échanger l’une de ses pièces contre une de valeur plus élevée, ce qui permet lors des tours ultérieurs de remporter les enchères plus facilement. Il faut donc là aussi jongler subtilement entre les tours d’enchère à remporter absolument et ceux qu’il faudra savamment savoir « perdre » pour reprendre la main plus tard. Reculer pour mieux sauter, en somme.

C’est un jeu aux mécaniques imbriquées très intelligentes et qui laisse très peu de place au hasard. La chance est un facteur bien présent mais anecdotique au sens où il est presque toujours possible de maitriser le cours du recrutement. Il faut apprendre à quel moment poser sa pièce « 0 » et comment travailler le coin building, qui n’est pas du tout accessoire. Les tours s’enchaînent très vite et la pression est constante tant les scores peuvent être serrés. Equilibré dans l’ensemble, toutes les stratégies semblent bonnes pour gagner des points dans Nidavellir et ne dépendent que de la maitrise des enchères. Pour amateurs comme pour experts Nidavellir contient ce qu’il faut de hasard pour équilibrer les différences de niveau entre joueurs et ce qu’il faut de maitrise pour que tout le monde puisse influencer le déroulement de la partie. Un très bon millésime 2020.

On aime

  • - Le coin building, c'est cool!
  • - Le scoring permet de changer assez facilement son fusil d'épaule en cours de partie
  • - Du beau matériel et de très belles illustrations

On aime moins

  • - C'est sympa, tous ces râteliers, mais ça fait pas mal d'installation pour pas grand chose, au final.
  • - Certaines cartes peuvent sérieusement faire pencher la balance en faveur du joueur qui les possède.
  • -

La vidéo règle